Aurora / Boréal 2015 : Les îles du ciel de Daniel SernineLes îles du ciel by Daniel Sernine
Series: Cycle de Neubourg et Granverger
Published by Soulières Éditeur on February 24th, 2014
Genres: Fantasy, Young Adult
Format: Paperback
Source: Ottawa Library
Rating: three-half-stars

« Il fallut les exclamations de quelques camarades pour qu'Étienne se retourne puis qu'il lève la tête : il grêlait des pierres! Le jeune homme repensa tout de suite à l'étrange été de 1784 et à la pluie rouge marquée à jamais dans sa mémoire.

Aujourd'hui, bleues comme le ciel sans nuages, c'étaient des pierres qui tombaient sur la route et dans le pré. Lorsqu'elles heurtaient le sol durci du chemin, elles éclataient sous le choc. (...) D'où étaient tombés ces cailloux? Étienne remarqua un objet juste avant de se relever; était-ce cela qui l'avait frappé à la tête? Une noix! »

Une noix contenant, non pas une graine d'arbre, mais une broche en forme de cœur donnée trois ans plus tôt par Éléonore Bertin.

Comment s'obstiner à croire au hasard, dans ces circonstances?

Les îles du ciel de Daniel Sernine est le seul ouvrage adapté à un jeune public dans la liste des nominés pour le prix Aurora / Boréal 2015, catégorie « meilleur roman ». Il s’agit du sixième tome du « cycle de Neubourg et Granverger », une grande saga qui s’étend du 16ème siècle à pratiquement nos jours dans la région du Québec et mêlent habilement Histoire et fantastique. Chaque volet peut se lire indépendamment du reste de la série, si bien qu’aucune lecture préalable n’est requise pour lire Les îles du ciel.

Ce court mais ambitieux roman de Daniel Sernine ravira les amateurs d’exploration. En effet, Les îles du ciel est l’occasion de découvrir plusieurs mondes : tout d’abord, le Canada de la toute fin du 18ème siècle ; ensuite, un étrange monde aérien, dont l’existence a été soupçonnée après diverses averses insolites, de la pluie de crapauds à celle de morceaux de boucherie dégoulinants de sang. Le personnage principal, un jeune homme du nom d’Étienne Gaugard, échappe à l’autorité familiale pour se joindre à une équipe d’aérostiers – la montgolfière vient tout juste d’être inventée – pour explorer le ciel.
L’équipage et leurs quelques complices au sol ont la particularité d’être férus de sciences : analyses et déductions logiques résument leur approche de leur exploration du monde. Ainsi, lorsque le roman s’ouvre sur un double lever du soleil, Étienne se précipite chez son ancien maître d’école, Rodrigue Bertin, afin d’y déduire ensemble une explication rationnelle.
L’exploration du monde, une approche scientifique et une équipe cosmopolite ? Les îles du ciel n’est pas sans rappeler les meilleurs romans de Jules Verne (je pense notamment à De la Terre à la Lune, Autour de la Lune, et à Voyage au centre de la Terre). De même, l’exploration du ciel est proprement enchanteresse, débordante d’idées fascinants, d’originalité, et de descriptions envoûtantes : c’est sans aucun doute le point fort des Îles du ciel.

Néanmoins, le roman souffre d’un excès de timidité : l’aventure d’Étienne manque un peu de piment car le récit est avare en péripéties et rebondissements. Sans non plus s’ennuyer, on aimerait ressentir plus de tensions, de suspens, d’inquiétude et d’excitation. L’exploration d’Étienne est plus proche du long fleuve tranquille.
Le dénouement est également une déception : alors que l’ensemble du roman est plutôt gai et optimiste, chargé d’une foi inébranlable en les sciences, les nouvelles technologies et la capacité des hommes à se dépasser, la fin du roman est assez noire et pessimiste. D’une certaine manière, tout l’émerveillement lié aux découvertes dans la ciel retombe lorsque les dernières pages semblent conclure que tout cela a été vain.

Cela étant dit, Les îles du ciel est un roman vraiment ravissant, extrêmement relaxant, accessible à un public jeune et largement capable de captiver un lectorat adulte. Les amateurs de Jules Verne, en particulier, ne devrait pas passer à côté. Le roman aurait gagné à mieux tenir le lecteur en haleine et peut-être, le dénouement un peu penaud fera des déçus. Les îles du ciel reste une lecture sympathique et original dans le paysage de la littérature fantastique.
 

Découvrez les autres nominés du Prix Aurora / Boréal 2015 ici !