Critique : Les héritiers de la mine de Jocelyne SaucierLes héritiers de la mine by Jocelyne Saucier
Published by Bibliothèque Québécoise on February 21th, 2013
Genres: Literary Fiction
Format: Paperback
Source: Ottawa Library
Rating: five-stars

Une famille de 21 enfants gravite autour d'une mine à l'abandon. En soi, ce n'est pas banal. Surtout que le groupe sème la terreur partout. Mais il y a plus: un drame est survenu qui les concerne tous. Quelqu'un est mort dont on veut taire l'identité. Un secret insupportable.

Il y a tout un pan sublime de la littérature canadienne-française dont les histoires se situent dans des communautés très reculées, voire oubliées, et dont le style magnifique et poétique de l’écriture contraste violemment avec les tragédies qu’elles narrent.
Il en était ainsi de ma première lecture canadienne-française, La Mémoire de l’aile de Christensen, un roman d’une grande beauté. C’était également le cas de la série des Villages assoupis d’Ariane Gélinas, une de mes auteures favorites, ainsi que de Bondrée d’Andrée Michaud, récemment nominé pour le prix Giller, et pour finir, de ma dernière lecture : Les Héritiers de la mine, de Jocelyne Saucier.

Quel roman magnifique ! Le style superbe de Jocelyne Saucier nous emporte d’une phrase à l’autre avec une telle grâce que l’on pourrait lire ce livre juste pour la beauté des mots. Et pourtant, c’est un récit tragique, plein de ressentiment et de cruauté, où les bourreaux sont tout autant des victimes.

Les Cardinal étaient une famille de vingt-et-un enfants, dont le père se rendit célèbre en découvrant un gisement de zinc autour duquel une ville entière, Norco, fut bâti dans un grand élan d’espoir. Malheureusement, la mine fut abandonnée et les enfants Cardinal, pauvres mais fiers, devinrent les tyrans des lieux, tandis que la ville se dépeuplait et décrépitait.
Le récit donne successivement la parole à quelques uns des Cardinal, devenus adultes, lors d’un rare rassemblement de famille où flotte une atmosphère inquiète. La famille a ses secrets, comme on le découvre peu à peu à travers le discours intérieur de chaque personnage, qui révèle petit à petit la tragédie familiale.

Si Les héritiers de la mine est si fascinant, c’est d’abord grâce à l’intensité de la voix des personnages. Chaque chapitre est à la première personne, donnant l’opportunité à l’un des frères ou sœurs de s’exprimer avec la toute la violence, l’aigreur, le mépris, mais aussi la tristesse, l’amour et l’honnêteté que permet le discours intérieur. L’un déborde de fierté pour sa famille, qu’il comprend peu et dont il se sent finalement un peu marginal. Une autre boue de rage et de mépris. Un autre de culpabilité et de chagrin…

Je crois bien que nous avions déclaré la guerre à la terre entière. Et plus encore, à toutes les forces de l’univers qui nous tenaient là, dans ce ratatinement de l’humanité, férocement attachés à la pauvreté de nos vies, et convaincus que c’était de cette ascèse qu’aillait sourdre l’essence pure et dure de diamant qui était en chacun de nous.

On comprend que cette famille de vingt-trois individus est devenue une sorte d’identité en elle-même, mais que cette gigantesque créature n’avait pas le même visage pour tous ses membres. Évidemment, certains s’aiment, d’autres moins, et beaucoup ne se sont jamais compris vraiment. Cette succession de points de vue donne à l’histoire une dimension exceptionnelle. Le récit ne s’en tient pas à un enchaînement d’évènements, mais y ajoute le rôle perçu de chaque personnage au sein de la famille, ses souvenirs propres et uniques d’une enfance pourtant partagée, son rôle dans la tragédie familiale et l’impacte qu’elle a eue dans sa vie.

Les Héritiers de la mine est un très beau roman, émouvant et intense, avec des personnages poignants et inoubliables. Leur histoire, à la fois simple et extraordinaire, est narrée de manière unique par la succession des voix des frères et sœurs. En même temps que le mystère s’éclaircit sur la tragédie familiale, les personnalités, les émotions et motivations de chacun des Cardinal se précisent également. Une lecture à ne pas manquer !